« Gatsby le Magnifique »

Bonjour à tous,

Cette semaine, je suis retourné au cinéma afin de voir le film qui a fait l’ouverture hors compétition du festival de Cannes 2013: « Gatsby le Magnifique » du réalisateur Baz Luhrmann (connu notamment pour son adaptation de « Roméo et Juliette » et du pétillant « Moulin Rouge »).

L’histoire se déroule lors du Printemps de l’année 1922. Nick Carraway ( Tobey Maguire,), un apprenti écrivain, vient s’installer à New York pour vivre et croquer le rêve américain à pleines dents. Il va découvrir un monde aux mœurs légères, où l’alcool des contrebandiers coule à flot. Dans cette atmosphère propice aux relâchements, il va faire la connaissance de l’énigmatique millionnaire Jay Gatsby (Léonardo Dicaprio),  qui organise dans sa luxueuse demeure des fêtes mondaines extraordinaires. Nick va aussi passer du temps avec sa cousine Daisy (Carey Mulligan) et son mari volage, Tom Buchanan (Joel Edgerton), issu de sang noble. Nick va ainsi se retrouver par la force des choses au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges…

Avant toute chose, notons que « Gatsby le Magnifique »  de Baz Luhrmann est une nouvelle adaptation du roman « Gatsby le Magnifique » de F. Scott Fitzgerald, publié en 1925.  Soyons clair et précis, ce film est une réussite. L’on retrouve tout ce qui a fait le succès des films de Baz Luhrmann : une réalisation « fantasque », maitrisée, remarquablement soignée. Une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d’absolu et des tragédies ravageuses avec des personnages hauts en couleur. Les acteurs, toujours impeccables, y ont la part belle. Cerise sur le gâteau, une superbe bande originale qui, à première vue, dénote ( musique produite par le rappeur Jay-Z et qui contient des chansons interprétées par Beyoncé Knowles, Lana Del Rey, Emeli Sandé ou encore Bryan Ferry). Mais détrompez-vous, celle -ci se marie à merveille avec l’ambiance du film tant le mélange rétro /moderne est savamment dosé. Une agréable surprise après le décevant mais néanmoins sympathique « Australia »,  en 2008, du même réalisateur.

A voir.

Nans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *